Accueil

Bienvenue sur Top Casino Bonus,
le Guide des Meilleurs Casinos en Ligne !

Ce site a été créé par un passionné des jeux d'argent (casino, poker et paris sportifs) afin de partager avec mes visiteurs mes expériences passées. Nous tenterons ainsi de vous présenter les casinos en ligne les plus fiables pour vous éviter des désagréments.

En jouant sur les casinos sélectionnés par nos soins, vous pourrez vous consacrer au jeu sans avoir à vous soucier des problèmes techniques ou juridique. En plus, notre site vous propose des bonus exclusifs vous permettant d'augmenter vos gains au jeu !

Certaines offres promotionnelles sont limitées dans le temps alors ne perdez plus une seconde et consultez notre sélection ci-dessous.

 

Pourquoi Choisir de Jouer au Casino en Ligne ?

Le casino est ligne est une pratique de plus en plus populaire en France. Vous trouverez ainsi de nombreux joueurs, à toutes heures du jour ou de la nuit, pouvant vous affronter. De plus, jouer en ligne vous permet de jouer instantanément. En effet, pas besoin de se déplacer dans un casino, un simple ordinateur est suffisant. De plus, de nombreuses villes n'ont pas de casino terrestre ce qui ne vous permettra peut-être pas de profiter au maximum de l'ambiance d'un vrai casino. Enfin, un casino en ligne propose beaucoup plus de jeux qu'un casino terrestre et les gains sont plus importants dans les casinos en ligne.

Certains diront que le plaisir des "sens" se perd dans un casino en ligne, je leur répondrai simplement qu'avec les dernières technologies, les rouleaux progressifs sont devenus extrêmement sophistiqués et que la seule chose qui pourrait effectivement vous manquer par rapport aux casino de Las Vegas, c'est le service (et certainement les serveuses à cocktails pour vous messieurs)!

Pour illustrer ce propos, je prendrai l'exemple des dernières créations de Betsoft Gaming. Betsoft propose des machines à sous en 3D comme Safari Sam, dont le réalisme est poussé à son paroxysme. Par ailleurs, les fonctionnalités (mini-jeux, free spins, scatter et wild) sont tout aussi captivantes !

 

Quel Casino Online (sérieux) choisir ?

Pas facile de se repérer dans cette jungle que sont les casinos en ligne. Je joue personnellement sur Tropezia Palace, qui propose une excellente offre accompagné d'un support client aux petits oignons avec ses joueurs (et qui parle un français correct, contrairement à certains casinos en ligne dont je tairais le nom). Son bonus est "TOP" puisqu'il est de 100% du premier dépôt jusqu'à 100€ et qu'aucune condition de retrait n'est imposé. Cliquez-ici pour plus d'infos.

 

Comment Jouer au Casino en Ligne ?

Pour jouer au casino en ligne, il vous faut, dans la plupart des cas, installer un logiciel Ce logiciel, de petite taille se télécharge directement sur le site internet du casino. Une fois téléchargé, vous allez créer un compte qui vous permettra d’avoir une identité sur le site en question. En moins de 5 minutes, vous serez prêt pour jouer votre première partie en ligne ! Certains casinos proposent également de jouer directement depuis votre navigateur et ce, sans installer de logiciel. Cette solution est préférable si vous jouez d'un ordinateur public par exemple. Si vous êtes à votre domicile, nous vous conseillons de télécharger le logiciel car les jeux sont de meilleures qualités !

Attention, lors de la création de votre compte, ne communiquez pas d’informations erronées sous peine de voir votre compte fermé et de ne pas pouvoir retirer vos gains. Les salles de poker procèdent à une vérification de votre identité comme stipulée par la loi (ARJEL).

 

Le Casino en Ligne et la Légalité ?

La législation française s'oppose à l'heure actuelle à l'ouverture du marché des casinos tout comme de nombreux pays. Néanmoins, il n’ait vous pas interdit de jouer au casino en ligne. En effet, le droit européen permettant de jouer en ligne, et étant citoyen européen, vous avez le droit de vous inscrire sur un site de casino sans risquer des pénalités.

Nous vous rappelons qu'il faut être majeur pour pouvoir jouer au casino en ligne. A défaut, vous pouvez jouer sur un casino en ligne gratuit comme jeuxcasino.com, un site proposant plus de 300 jeux de casino sans téléchargement.

Chine : les revenus liés aux jeux de loterie en chute libre en 2019

En Chine, en 2019, les revenus cumulés des deux seuls opérateurs de jeux de loterie (lesquels sont gérés par l’État) ont chuté à près de 17,5 % par rapport à l’année précédente. En effet, ces derniers peinent à atteindre 422,05 milliards de yen, soit l’équivalent de 60,26 milliards de dollars US. De plus, toutes les provinces chinoises à l’exception de Sichuan ont vu leurs recettes baisser.

Les revenus de la China Welfare Lottery et de la China Sports Lottery sur le déclin

D’après un rapport de notre confrère GGRAsia citant les derniers chiffres officiels publiés par le Ministère des Finances chinois, la China Welfare Lottery a enregistré une baisse de 14,8 % de ses revenus annuels en 2019 par rapport à 2018, ces derniers atteignant péniblement 27,31 milliards de dollars US. Son homologue, la China Sports Lottery, fait encore pire avec une chute de ses recettes (32,96 milliards de dollars US) de l’ordre de 19,6 % en glissement annuel.

Les données publiées par le gouvernement chinois montrent que sur les trente-et-une juridictions en place, seule la province du Sichuan est parvenue à générer une augmentation de ses revenus annuels. En effet, la vente cumulée de produits de loterie et de paris sportifs lui a rapporté 2,68 milliards de dollars US en 2019, soit une hausse de 6,1 % par rapport à 2018. Toutefois, en dépit de la drastique chute de ses revenus à -19,2 %, c’est bien la province de Guangdong qui demeure le marché local chinois le plus lucratif en matière de jeux de hasard grâce à pas moins de 5,65 milliards de dollars US de ventes cumulées. À la deuxième place, on trouve la province du Jiangsu, densément peuplée, où la dégringolade des revenus établie à -20,6 % dissimule un chiffre d’affaires honorable de 5,04 milliards de dollars US.

Les recettes liées aux jeux de hasard affectées par la propagation du coronavirus

Récemment, le Ministère des Finances a indiqué que les revenus de la China Sports Lottery et de la China Welfare Lottery combinés au mois de décembre 2019 s’étaient effondrés à hauteur de 4,9 % par rapport à l’année précédente, pour 5,84 milliards de dollars US. Les recettes de la première auraient diminué de 1,1 % au cours des trente-et-un derniers jours, pour atteindre environ 3,16 milliards de dollars US tandis que celles de la seconde auraient connu une baisse encore plus importante de 9 %, pour se situer juste en-dessous de 2,67 milliards de dollars US.

Rappelons que les recettes générées par les deux entités chinoises ont été fortement affectées par l’apparition d’une souche de coronavirus qui a, jusqu’à présent, tué environ 1 900 habitants. À partir du 22 janvier dernier, le gouvernement a interrompu toutes les ventes liées aux jeux de hasard pendant dix jours afin d’encourager la fin de la propagation de cette maladie hautement contagieuse. Par la suite, la période de suspension fut prolongée de neuf jours supplémentaires, ce qui a fortement handicapé l’économie locale.

Jeux de casino : The Daily Fantasy Football Company voit sa licence maltaise être supprimée !

Le régulateur maltais des jeux de casino en ligne, la Malta Gaming Authority (MGA), a annoncé avoir procédé à la suppression de la licence B2C de l’opérateur de jeux d’argent The Daily Fantasy Football Company Limited en raison de multiples violations de la réglementation actuellement en vigueur. Qu’adviendra-t-il à présent de l’opérateur basé à La Valette et qui gère et exploite les noms de domaine TheFantasyFootball.com et PlayTheSix.com ?

La Malta Gaming Authority sanctionne un opérateur de jeux de casino

Dans un communiqué de presse publié le vendredi 07 février 2020, la Malta Gaming Authority a annoncé avoir pris des sanctions à l’égard de The Daily Fantasy Football Company, opérateur détenteur d’une licence B2C. En effet, la société dont le siège social est situé en plein cœur de la capitale maltaise aurait enfreint deux règles figurant dans le Paragraphe 9 du texte de réglementation de la Malta Gaming Authority. En outre, The Daily Fantasy Football Company aurait omis de payer les taxes obligatoires et autres impôts de conformité.

Pire encore, la société aurait manqué à l’une de ses autres obligations, à savoir verser leurs gains aux joueurs. La somme concernée s’élève à 3 483 €. Malgré la faible ampleur de cette dernière, la MGA a tout de suite sanctionné l’opérateur, le privant de licence. Le communiqué datant de la semaine dernière décrit explicitement la mesure qui a été prise à l’encontre de l’opérateur hors la loi. « The Daily Fantasy Football Company n’est plus autorisé à effectuer d’opérations relatives aux jeux de hasard. Dorénavant, il ne peut plus accueillir de nouveaux joueurs ou accepter de nouveaux dépôts, y compris ceux émanant de joueurs actuels », explique le communiqué.

La MGA a demandé la restitution immédiate des fonds des joueurs victimisés

Le régulateur européen a également déclaré qu’il avait exigé de la firme iGaming de lui fournir l’ensemble des informations relatives aux comptes de ses clients joueurs. En outre, The Daily Fantasy Football Company a l’obligation de rétablir l’accès des comptes des joueurs afin que ces derniers puissent récupérer l’intégralité des fonds qu’ils y auraient éventuellement déposés. « L’opérateur faisant l’objet du litige doit restituer tous les fonds crédités par les joueurs conformément à la loi applicable », dit le communiqué.

À noter que selon notre confrère iGamingBusiness.com, la décision de la MGA est intervenue moins d’un mois après la sanction financière de 2,3 millions d’euros émise à l’encontre de Blackrock Media Limited, lequel aurait traité des paiements provenant de Malte illégalement, Blackrock Media Limited ne disposant pas des licences et autorisations nécessaires.

Coronavirus : Macao décide de fermer l’ensemble de ses casinos pendant deux semaines

Devant l’ampleur que prend l’épidémie de coronavirus en Asie, le gouvernement autonome de Macao a décidé de fermer temporairement l’intégralité de ses casinos. Aussi, pendant deux semaines, l’ex-enclave portugaise sera privée de sa principale source de revenus. Le mardi 04 février dernier, le chef du gouvernement local a annoncé que cette décision était nécessaire « afin de lutter contre la propagation du nouveau coronavirus ».

Coronavirus : dixième cas de contamination à Macao

Tandis que l’ancienne presqu’île portugaise vient de confirmer un dixième cas de contamination par la pneumonie virale qui a déjà fait succomber plus de 425 personnes en Chine continentale, le gouvernement de Macao a annoncé que l’ensemble de ses établissements de jeux seraient fermés pendant une durée de deux semaines. En effet, le chef de l’exécutif, Ho Lat-Seng, a indiqué que les casinos allaient être mis hors service temporairement pendant la période revendiquée, tout en ajoutant que la mesure pourrait être reconduite en cas de propagation du virus.

« C’est une décision difficile à prendre, mais nous devons le faire, pour la santé et le bien-être des habitants de Macao », a déclaré Ho Lat-Seng à la presse. Le chef du gouvernement a également expliqué qu’un entretien avec les représentants de l’industrie des jeux de casino était prévu quelques heures après son élocution, soit dans l’après-midi du mardi 04 février. Rappelons que ce n’est pas la première fois que Macao met ses casinos hors de fonctionnement : en effet, en 2018, la ville avait été frappée par un typhon, ce qui avait conduit le gouvernement à prendre une mesure similaire.

Une femme travaillant dans l’industrie du jeu contaminée

Le jour-même, les services sanitaires de la ville de Macao ont déclaré que deux nouveaux cas de contamination avaient été enregistrés. Il semblerait d’ailleurs qu’une femme travaillant dans l’un des casinos de Macao soit, à ce jour, atteinte du virus. Seul et unique territoire chinois où les jeux d’argent sont autorisés, la principauté de Macao s’est érigée comme la nouvelle capitale des jeux de casino dans les années 2000. En 1999, son PIB était de 6,4 milliards de dollars. Aujourd’hui, il dépasse 55 milliards de dollars.

Macao, ville comprenant quelques 630 000 habitants, a été visitée par 35 millions de touristes et de joueurs en 2019. La grande majorité d’entre eux sont des résidents chinois fortunés qui se rendent dans les casinos pour tenter de toucher le jackpot. D’ailleurs, en termes de revenus, les casinos de Macao encaissent en une semaine ce que leurs homologues de Las Vegas mettent un mois à réaliser. Cela dit, l’épidémie de coronavirus intervient à un moment de l’année qui est important pour l’économie de Macao : le Nouvel An lunaire, qui s’est tenu à la fin du mois de janvier.

Découvrez Aztec Gold Megaways, la nouvelle machine à sous d’iSoftBet

Le développeur de jeux de casino en ligne iSoftBet vient d’ajouter un nouveau titre à sa collection de jeux Megaways™, que vous pouvez retrouver sur Tropezia Palace dès maintenant. Il s’agit de la machine à sous vidéo Aztec Gold™ ! Utilisant un tout nouveau moteur graphique, cette production met aussi en évidence de nouvelles fonctionnalités et un système de paiement inédit, entre autres choses. Pour terminer, si vous êtes intéressé par les civilisations antiques, Aztec Gold™ pourrait bien vous procurer de longues heures de jeu !

Aztec Gold Megaways™ : gagnez jusqu’à 19 200 fois votre mise !

La nouvelle machine à sous vidéo du développeur iGaming iSoftBet, Aztec Gold Megaways™, est composée de 6 rouleaux avec la particularité inédite que chacun d’entre eux peut en réalité héberger jusqu’à sept symboles ! En outre, pas moins de 117 649 combinaisons gagnantes ont ici été intégrées pour permettre au joueur de remporter des gains prodigieux, le jackpot maximal de la machine à sous correspondant à 19 200 fois le montant de la mise initiale du parieur !

Parmi les autres features révolutionnaires que possède Aztec Gold Megaways™ : une série d’explosions en cascade représentées par les « Cash Respins », les symboles Wild et Scatter « Sun Disc » et bien d’autres fonctionnalités agrémentées de multiplicateurs x 7. Au niveau des limites de mise, les joueurs peuvent parier le montant qu’ils souhaitent à partir de 0,20 € par Spin, la mise maximale autorisée étant fixée à 20 € par rotation. Pour terminer, à en juger le potentiel de gains de Aztec Gold Megaways™ et le comportement de ses rouleaux, nous pouvons dire que nous avons là affaire à une machine à sous dont la volatilité est mi-haute, mi-moyenne.

Une machine à sous sur les aztèques… sans aztèques ?

Tandis que sur le plan du gameplay, des fonctionnalités et des mécaniques de jeu Aztec Gold Megaways™ s’avère très satisfaisante, on regrettera que si peu d’efforts aient été faits au niveau de la direction artistique du nouveau titre d’iSoftBet. En effet, on est loin de la machine à sous mystique voire même historique. L’influence de la culture aztèque est malheureusement trop peu présente. Pire encore, les symboles très dorés et cubiques de la video slot lui donnent même de faux airs futuristes, chose qui pourrait en dérouter plus d’uns et d’unes.

Pour un temple construit en plein milieu de la jungle et oublié depuis des siècles, on s’attendait donc à un décor plus symbolique et majestueux ! Mais ce n’est que partie remise ; après tout, on ne peut pas exceller à tous les coups ! Et exceller, le studio iSoftBet nous a prouvé qu’il savait le faire dans ses précédentes productions. En attendant, bon jeu sur Aztec Gold Megaways™ !

En France, 500 000 joueurs misent sur des casinos en ligne illégaux

Si l’on en croit les dires de l’ANJ (Autorité Nationale des Jeux, ex-Autorité de Régulation des Jeux en Ligne), il y aurait en France pas moins de 500 000 résidents qui joueraient sur des casinos en ligne illégaux à des jeux tels que les machines à sous, la roulette ou encore le craps en ligne. Que faut-il en conclure ?

Les Français jouent sur des casinos en ligne malgré les interdictions

D’après le régulateur, jusqu’à 500 000 internautes français se rendraient sur des sites illégaux pour miser aux machines à sous, à la roulette et aux jeux de cartes. Rappelons qu’uniquement trois types de produits en ligne se sont ouverts à la concurrence en France — et ce à partir du 12 mai 2010 : les paris sportifs, les paris hippiques et le poker. Les jeux de casino en ligne quant à eux, demeurent toujours interdits, leur pendant physique étant sous la tutelle du Ministère de l’Intérieur.

Pour M. Humbert Michaud, responsable du développement chez l’opérateur français Betclic — depuis longtemps exporté sur l’île de Malte : « Les jeux de casino en ligne représentent le seul produit qui soit encore absent de la régulation française. Cela est surprenant quand on sait que la plupart des pays européens ont franchi le pas. Je pense notamment à la Belgique, au Danemark, à l’Espagne, à l’Italie, au Portugal, au Royaume-Uni et à la Suède. À ce jour, l’État français ferme les yeux face à un marché illégal qui est particulièrement important ». Rappelons que Betclic avait profité d’un vide juridique dans les années 2000, proposant une offre de casino en ligne aux joueurs français, avant de rebrousser chemin durant l’été 2010.

En France, les opérateurs physiques conservent le monopole des casinos

À ce jour, les établissements qui proposent des jeux de casino détenus par les groupes Partouche, Barrière, Joa et Tranchant possèdent le monopole du marché. En effet, légalement, seuls ces établissements sont autorisés à proposer des machines à sous, de la roulette, du blackjack, du craps ou encore du vidéo poker. En 2018, les casinos terrestres français ont généré un produit brut des jeux (PBJ) de 2,3 milliards d’euros, ce qui est deux fois plus que le PBJ des paris sportifs, des paris hippiques et du poker réunis.

Reste à se demander si le marché des casinos français s’ouvrira un jour à la concurrence ! D’après le régulateur, l’ANJ : « […] Cette décision revient à l’État, lequel est probablement très prudent à ce sujet car il est avéré que des jeux tels que les machines à sous proposées sur les supports en ligne présentent des risques en ce qui concerne l’addiction et le jeu excessif ». Rappelons que le pouvoir de l’ANJ s’étend aujourd’hui aux casinos en dur, et plus seulement aux sites de paris en ligne.

Vers un rachat de la Société Française de Casinos par Circus Casino France ?

Selon notre confrère Boursier.com, la Société Française de Casinos a communiqué à ses actionnaires l’intention de la société Circus Casino France de signer des contrats de cession en vue d’acquérir un bloc de contrôle qui équivaut à 50,05 % du capital et des droits de vote de l’entité. Il serait question de céder la totalité de la participation actuellement détenue par la firme Frameliris — qui représente 37,05 % du capital et des droits de vote —, ainsi que celle de Foch Investissements, pesant quant à elle 13 % du capital et des droits de vote de la Société Française de Casinos.

GAMING1 et sa filiale menacent la Société Française de Casinos

Le groupe GAMING1, qui emploie pas moins de mille salariés et qui évolue majoritairement dans le domaine des jeux de hasard, exploite nombre de salles de jeux et autres casinos. Par le biais de sa filiale Circus Casino France, GAMING1 — qui opère dans l’Hexagone via les casinos d’Allevard-les-Bains, de Briançon, de Carnac et de Port Leucate —, est sur le point de faire l’acquisition de la Société Française de Casinos. GAMING1, qui exploite un club de jeux dans Paris depuis novembre 2019, attend simplement la levée des conditions suspensives d’usage, notamment l’octroi de l’autorisation remise par le Ministre de l’Intérieur, conformément aux dispositions de l’article L. 323-3 du Code de la Sécurité Intérieure.

À noter que si les différentes cessions se concrétisent réellement, Circus Casino France prendrait automatiquement le contrôle de la Société Française de Casinos. Il en résulterait le dépôt d’un projet d’offre publique d’achat simplifiée, comme le veut la réglementation en vigueur. Le prix d’achat des actions serait alors de 1,44 € l’unité ; l’investissement concernerait l’intégralité des actions de la Société Française de Casinos existantes et non détenues par Circus Casino France.

L’opération devrait être complétée dès mi-2020

Si l’on suit la procédure habituelle, la nomination d’un expert indépendant par le conseil d’administration de la Société Française de Casinos sera la prochaine étape majeure. Ce dernier aura pour mission de statuer sur les conditions financières de l’offre publique, afin de les rendre les plus équitables possible. Le dépôt de l’offre publique, quant à lui, est attendu pour le milieu de l’année en cours.

Faisons remarquer que Circus Casino France n’entend pas demander la mise en oeuvre d’un retrait obligatoire des actions de la Société Française de Casinos suite à la formulation de l’offre. Chose peu anodine, toutefois : la Société Française de Casinos avait demandé la suspension de la cotation de son titre le 30 décembre dernier. Le 02 janvier 2020, elle aurait demandé à Euronext Paris d’effectuer sa reprise à l’ouverture de la bourse. Affaire à suivre !

Play’n Go lance sa machine à sous Xmas Magic pile-poil pour Noël

Le studio de développement de jeux de casino en ligne suédois Play’n Go vient de déployer une toute nouvelle machine à sous vidéo pile-poil pour Noël : Xmas Magic™ sur le casino en ligne DublinBet. Forcément, ce titre fait partie des nombreux jeux de casino à traiter du thème du Père Noël. Mais qu’a-t-il de plus que les autres ? C’est ce que notre équipe a tenté de découvrir à l’issue d’un test de la machine à sous.

Xmas Magic™ : Play’n Go lance sa machine à sous de Noël

Propulsée par le développeur suédois Play’n Go, Xmas Magic™ est une video slot composée de 5 rouleaux et de 50 lignes de paiement. Compatible Windows, Android et iOS, elle permet aux usagers de tenter leur chance pour seulement 0,50 €, le pari maximal autorisé s’élevant quant à lui à 100 € par Spin. À noter qu’une démo de ce titre est également disponible sur la plupart des casinos en ligne français supportant le logiciel de Play’n Go. Sympa pour jouer sans risque !

Machine à sous fidèle au thème des fêtes de fin d’année, Xmas Magic™ apportera magie et féérie sur l’écran que vous aurez choisi. En outre, les rouleaux de la machine à sous, qui laissent entrevoir des montagnes enneigées en arrière plan, affichent des symboles qui sauront quant à eux vous offrir tous les gains que vous attendez. En effet, aussi bien les icônes de faible valeur (les cartes de poker 9, 10, J, Q, K et A) que les symboles réguliers (boules de neige, tasses de chocolat chaud, sucres d’orge, chaussettes de Noël et l’éternel gui) vous permettront de gagner des crédits. Par exemple, le symbole le plus rémunérateur de Xmas Magic™ peut vous rapporter jusqu’à 20 fois le montant de votre mise de départ dans le mode standard.

Quels sont les bonus majeurs de Xmas Magic™ ?

Xmas Magic™ est garni de fonctionnalités bonus lucratives. Pour commencer, impossible de ne pas mentionner le symbole Scatter du jeu, qui n’est autre que notre ami le Père Noël (en le réunissant trois fois sur les rouleaux 1, 2 et 3, le joueur aura la chance de débloquer dix Free Spins durant lesquelles tous les gains seront automatiquement quadruplés). Durant les Free Spins, tirer à nouveau le Père Noël activera un Re-Trigger, avec vingt Free Spins en prime !

Machine à sous fortement volatile, Xmas Magic™ peut vous faire gagner un jackpot maximal qui équivaut à 1 000 fois le montant de votre mise initiale si vous parvenez à combiner Free Spins et Extra Spins. Rien de tel pour célébrer Noël comme il se doit ! Mais n’oubliez pas de jouer avec modération.

Côte d’Azur : une joueuse mise 1,76 € et touche le méga-jackpot dans un casino Joa

Nous apprenons aujourd’hui que fin novembre, dans les Alpes-Maritimes, Christiane, une joueuse qui se rend régulièrement au Royal Casino Joa de Cannes-Mandelieu, a touché le fameux méga-jackpot de l’enseigne ! Pour rappel, le méga-jackpot est un jackpot progressif commun à l’ensemble des machines à sous du réseau Joa. Autre particularité : ladite cagnotte affiche un taux de redistribution de 92 % contre 66,8 % pour les jeux de la FDJ et 75 % pour le PMU.

Royal Casino Joa de Cannes-Mandelieu : le jackpot est tombé

On dirait bien que le Père Noël est arrivé avant l’heure au Royal Casino Joa de Cannes-Mandelieu — et il n’est sûrement pas passé par la cheminée d’ailleurs. En effet, Christiane, une joueuse résidant sur la Côte d’Azur, a touché le méga-jackpot du réseau Joa en misant une toute petite somme. Il se trouve qu’il a suffi de seulement 1,76 € à Christiane pour qu’elle empoche la coquette somme de 51 209,96 € sur la machine à sous Echo Fortunes™ du casino. Six déclinaisons du même titre sont implantées dans différents casinos de la marque Joa et les clients les surnomment affectueusement « les marmites ».

Bien entendu, Christiane ne s’attendait pas du tout à décrocher le jackpot progressif alors mis en jeu. Les machines à sous de Joa pourvues du méga-jackpot sont connectées les unes aux autres et dès lors qu’un joueur place une mise sur l’une d’entre elles, une cagnotte commune est alimentée. Cette dernière augmente au fil des mises. Une fois les 51 209,96 € tombés, le méga-jackpot de Joa a été réinitialisé à 40 000 €.

Le jackpot tombe un mois après un autre gain important

À noter que le mercredi 29 octobre dernier, un heureux gagnant avait déjà remporté un joli jackpot au Casino Joa du Boulou, petite commune située dans le département des Pyrénées-Orientales. Son montant s’élevait à 14 109,47 € et le joueur n’avait eu à miser que 0,88 € pour le faire tomber. La machine à sous qui lui avait porté chance était Dragon Link™, un titre qui a la cote en raison de son aspect peu onéreux. Il faut dire qu’on peut y jouer dès 0,01 € !

Rappelons que même si le taux de redistribution des jackpots mis en place dans les casinos est fixé par l’État (il est actuellement de 85 % minimum), les casinos sont libres de programmer un taux de redistribution supérieur, ce qui est notamment le cas de ceux appartenant au groupe Joa. Ainsi, dans les établissements porteurs du logo mauve et blanc, pour 100 € misés, ce ne sont pas seulement 85 € qui sont redistribués sous la forme de gains. En effet, Joa redistribue 92 % des mises des joueurs !

Danemark : hausse de la taxe sur l’iGaming dans le cadre du projet de budget 2020

Le gouvernement danois a la ferme intention d’augmenter le montant de la taxe dont sont soumis les opérateurs iGaming licenciés au sein de son marché, à hauteur de 28 % de leurs revenus bruts annuels. La hausse de la taxe sur les jeux de hasard permettra à l’État de bénéficier de 20,1 millions d’euros supplémentaires en plus des sommes déjà reversées dans ses caisses.

Augmentation de la taxe sur les jeux de hasard en ligne au Danemark

Le gouvernement du Danemark procèdera à la hausse de la taxe sur les jeux de casino en ligne à compter du 1er janvier 2021. Alors que l’impôt est actuellement fixé à 20 % des revenus bruts annuels réalisés par les opérateurs licenciés, ce dernier passera à 28 % d’ici les deux prochaines années. À noter que ladite taxe est en vigueur depuis l’ouverture du marché danois, en 2012.

À ce jour, au Danemark, la taxe sur les jeux de hasard sur internet est moins contraignante que celle qui est imposée aux opérateurs de jeux de casino terrestres et autres terminaux similaires. En effet, les opérateurs de jeux physiques sont tenus de reverser 45 % de leurs revenus bruts à l’État. Et lorsqu’ils génèrent plus de 4 millions de couronnes danoises de revenus (l’équivalent de 500 000 €), un taux supplémentaire de 30 % est appliqué. En ce qui concerne les établissements équipés de terminaux de jeux de type bandit manchot, ils sont soumis à un impôt de 41 %. Ils sont également sujets au fameux taux supplémentaire de 30 % en cas de dépassement du plafond de revenus. Mais pourquoi une hausse de l’impôt sur le produit brut des jeux, nous demanderez-vous ? L’idée derrière cette revalorisation de l’impôt est tout simplement de mieux réguler le marché, ainsi que de lever davantage de fonds afin de combattre les problèmes d’addiction plus efficacement.

Générer plus de revenus pour assurer de meilleurs soins de santé

Au Danemark, le gouvernement minoritaire dirigé par le Parti Social-Démocrate, qui a été élu en juin 2019, a obtenu le soutien d’autres partis de gauche tels que l’Alliance Rouge-Verte, le Parti Populaire Socialiste et le Parti Social Libéral, raison pour laquelle le nouveau projet de budget 2020 a pu être adopté. L’objectif est clair : taxer davantage les opérateurs iGaming afin de générer des revenus qui permettront de financer de meilleurs soins de santé mais aussi consolider le système de protection sociale du pays.

En outre, les revenus taxés permettront d’investir dans l’éducation et de monter un « Fonds pour l’Avenir Vert ». Cette initiative vise à investir dans des entreprises locales respectueuses de l’environnement. Rappelons enfin que l’augmentation de l’impôt intervient après l’introduction volontaire par les opérateurs d’un nouveau code de conduite qui définit une série de normes en matière de publicité et de protection des joueurs.

NetEnt : un joueur suédois décroche 1,4 million d’euros sur la machine à sous Arabian Nights

Les contes des milles et une nuits ont toujours fasciné les populations du monde entier, et développé l’imaginaire de plus d’un amateur de culture et d’histoire. Le développeur de jeux de casino en ligne Net Entertainment (NetEnt) l’a bien compris puisqu’il a lancé il y a quatorze ans de cela sa propre version revisitée des aventures d’Aladdin : Arabian Nights™, une machine à sous vidéo composée de 5 rouleaux et de 10 lignes de paiement. Celle-ci a rapidement fait sensation. Mieux encore, elle a déjà décerné des millions d’euros de gains à certains joueurs ! Décryptage.

Un joueur suédois décroche 1,4 million d’euros sur Arabian Nights™ !

Plus tôt au mois de novembre, un joueur suédois qui se connecte régulièrement sur le casino en ligne licencié en Suède Hajper Casino (une marque gérée et exploitée par ComeOn!), y a décroché la coquette somme de… 1 422 545,44 € ! Et dire qu’il n’avait misé que 10 € ! Ce fan de machines à sous vidéo qui a tenu à garder l’anonymat a en effet aligné cinq symboles Wild d’Aladdin sur la machine à sous Arabian Nights™ après avoir déclenché la fonctionnalité Free Spins du jeu !

Lancée en 2005, Arabian Nights™ est la première machine à sous dotée d’un jackpot progressif jamais lancée par le développeur NetEnt. S’il est vrai que le portefeuille vidéoludique du géant scandinave de l’iGaming est aujourd’hui particulièrement étoffé, les grands classiques que sont Arabian Nights™ mais aussi Mega Fortune™, Mega Fortune Dreams™ ou encore Hall of Gods™ continuent à faire rêver les joueurs. Ces jeux, qui ont permis à l’éditeur de construire sa notoriété au fil du temps, sont même préférés à certains titres plus récents parmi la communauté NetEnt ; nous pensons notamment à Grand Spinn Superpot™, Imperial Riches™ voire encore Mercy of the Gods™.

Un grand classique parmi les machines à sous progressives de l’éditeur

En plus d’être la toute première machine à sous progressive à avoir été développée par NetEnt, Arabian Nights™ est également la première de ce type à avoir été déployée au sein du marché. En effet, en 2005, les machines à sous reposant sur une structure 5 x 3 assortie de 10 lignes de paiement n’étaient pas communes. Composée de symboles Wild et Scatter, Arabian Nights™ est également généreuse en Free Spins.

Affichant un taux de redistribution de 95,62 %, Arabian Nights™ a déjà permis aux joueurs de NetEnt de remporter plusieurs dizaines de millions d’euros de gains. À noter que les 1,4 million d’euros de gains touchés par le joueur suédois sont loin de défrayer la chronique, toutefois. En effet, par exemple, en 2010, Arabian Nights™ avait offert 4,8 millions d’euros à un parieur !