Accueil

Archives de catégorie : Actualités

Le développeur Play’n Go vient de lancer sa nouvelle machine à sous Phoenix Reborn™

Dans Phoenix Reborn™, la nouvelle machine à sous vidéo du développeur mondialement connu Play’n Go, une ancienne civilisation oubliée renaît de ses cendres ! Dans sa video slot inédite au rythme endiablé, Play’n Go, comme à son habitude, nous ravit avec des animations et cinématiques incroyables ainsi que des bonus et Free Spins pouvant vous rapporter jusqu’à 5 000 fois le montant de votre mise initiale ! Dans cet article, nous vous expliquons ce que Play’n Go vous réserve en détail avec Phoenix Reborn™.

Phoenix Reborn™ : une aventure mythologique pour les aventuriers

Machine à sous vidéo spectaculaire développée et éditée par Play’n Go, Phoenix Reborn™ plaira vraisemblablement à tous les fans d’aventures mythologiques. D’ores et déjà déployée sur le top du top des casinos proposant les meilleurs bonus sur le web, Phoenix Reborn™ s’impose grâce à ses graphismes de toute beauté, sa bande-son immersive et sa structure technique, laquelle repose sur 5 rouleaux, 6 rangées et 40 lignes de paiement. 

Dans ce jeu de casino en ligne mettant en évidence des Aztèques ainsi que des animaux sauvages tels qu’une panthère noire, un Mamba vert et un calao, les symboles représentant des sculptures artisanales vous rapporteront également des crédits. Il faut savoir que la machine à sous vidéo Phoenix Reborn™ peut vous faire gagner jusqu’à 5 000 fois le montant de votre mise de départ ! Toutefois, pour faire le plein de cash, concentrez-vous essentiellement sur les icônes du phoenix, de la princesse aztèque et du sorcier aztèque, lesquels sont tous assortis d’animations éblouissantes lorsque des gains sont débloqués. 

Quelles sont les fonctionnalités bonus à surveiller dans Phoenix Reborn™ ?

Pour remporter des gains sur la nouvelle machine à sous en ligne du studio Play’n Go, pas de secret : vous devrez réunir entre trois et cinq symboles concordants sur une seule et même ligne de paiement. Pour ce faire, vous serez aidé par le symbole Wild du jeu, lequel est représenté par le phoenix. Ce dernier peut remplacer toutes les icônes standards du jeu, notamment celles qui sont tirées du poker (10, J, Q, K et A) et celles qui incarnent des animaux.

Autre symbole très précieux dans Phoenix Reborn™, la flamme du phoenix, qui fait office de Scatter. Ce dernier a la capacité de se propager partout à l’écran pour forcer de très beaux gains. Qui plus est, il a aussi le pouvoir d’invoquer jusqu’à 20 Free Spins, l’occasion de voir le fameux oiseau immortel survoler les rouleaux et les embraser de son aura. À noter que Phoenix Reborn™ dissimule deux autres symboles Scatter uniques en leur genre qui sont représentés par deux masques aztèques.

Une machine à sous à retrouver sur le casino en ligne Tropezia Palace !

Dr Fortuno™ : Yggdrasil magnifie l’univers du cirque avec sa nouvelle machine à sous

Soyons honnêtes deux secondes ! Les cirques, c’est tout sauf cool. Ces pauvres animaux qui réalisent des pirouettes contre leur gré, la douleur et la tristesse que l’on peut voir dans leur regard… Les cirques tels que nous les connaissons n’ont plus aucune raison d’être. Le studio scandinave Yggdrasil l’a bien compris lorsqu’il a mis au point sa nouvelle machine à sous en 3D Dr Fortuno™ : ici, pas l’ombre d’un tigre, singe ou éléphant. Si les hommes veulent se donner en spectacle, libre à eux de le faire ! Mais qu’on laisse ces pauvres animaux tranquilles…

Dr Fortuno™, l’alter ego de Baron Samedi’s™, en mieux !

Vous l’aurez compris, pas de bêtes sauvages dépressives dans Dr Fortuno™ ! Et c’est tant mieux ! Non, dans l’introduction animée explosive de la nouvelle machine à sous du studio Yggdrasil, acrobates, magiciens et contorsionnistes tentent de révolutionner les codes du monde du cirque. Composée de 5 rouleaux, de 3 rangées et de 20 lignes de paiement, la nouvelle video slot du développeur propose des mises allant de 0,10 € à 100 € par Spin.

Les aficionados des productions Yggdrasil remarqueront très vite les similitudes qui existent entre Dr Fortuno™ et les autres jeux du développeur, notamment Luchadora Maniacs™, Golden Fish Tank™ ou encore Baron Samedi’s™. En effet, certains éléments de gameplay sont les mêmes : on peut par exemple choisir des combinaisons ou modificateurs de combo pendant les parties Bonus, ce qui rend chaque Free Spin assez unique ! Avant d’entrer plus dans les détails à ce sujet, laissez-nous toutefois vous dire une chose : Dr Fortuno™ est une machine à sous ultra-bluffante sur le plan de l’immersion. Les animations sont tout simplement dingues et les développeurs ont su créer une ambiance à la fois creepy et délirante. C’est du très bon boulot !

Free Spins, symboles figés, Roue de la Fortune, une machine qui paye !

Avec son taux de redistribution de 96,2 % avec jackpot, et de 93,2 % sans jackpot, la nouvelle machine à sous d’Yggdrasil Gaming peut vous rapporter jusqu’à 800 fois le montant de votre mise initiale par Spin. Pour ce faire, vous pourrez vous appuyer sur les bonus habituels, à savoir les symboles Wild et Scatter et les Free Spins. Lors des Free Spins, un multiplicateur X5 est systématiquement appliqué, en sachant que les Free Spins peuvent également vous faire bénéficier d’Extra Free Spins en fonction des combinaisons que vous réalisez.

En outre, Dr Fortuno™ se distingue grâce à ses Stacked Wilds, des symboles Wild qui se figent pour booster les gains de l’utilisateur, sans oublier la mythique Roue de la Fortune, laquelle prend ici tout son sens étant donné que la machine à sous repose sur le thème du cirque. Bien vu !

Rendez-vous le 24 avril pour la sortie de Dr Fortuno !

Casino-resort à Chypre : Melco remporte l’appel d’offres

C’est une joint-venture grecque qui s’est vu attribuer le contrat de construction du futur casino-resort méditerranéen City of Dreams, basé à Chypre. En effet, la firme Avax – Terna J.V., société commune entre les entreprises grecques GEK Terna et J&P Avax, a annoncé dans un communiqué que le chantier devrait débuter en début de mois, pour se terminer d’ici à 2021. Le casino sera opéré par Cyprus Casinos, filiale locale du géant Melco Resorts & Entertainment.

City of Dreams Mediterranean, premier casino chypriote

City of Dreams Mediterranean sera le premier établissement de jeux de hasard de la République de Chypre, mais aussi le plus grand casino-resort d’Europe. Le complexe de luxe construit dans un domaine de 37 hectares dans la partie ouest de la ville de Limassol, sera érigé dans le respect de l’environnement naturel, et conformément aux normes de durabilité les plus élevées. Au sein du complexe, on trouvera un hôtel représenté par une tour de 16 étages abritant pas moins de 500 chambres et suites avec balcons, un centre de conférence, une vaste zone piscine comprenant quatre bassins et des jacuzzis, une aire de jeux pour enfants ainsi qu’une multitude de restaurants, de bars et de boîtes de nuit.

Bien entendu, c’est la partie casino du City of Dreams Mediterranean qui nous intéresse : ici, il sera question de plus de 100 tables de jeu et de pas moins de mille machines à sous ! Exploité sous la marque Cyprus Casinos, l’établissement de jeux sera opéré par Melco Resorts & Entertainment, coté à Hong Kong. Rappelons qu’en juin 2018, Melco et sa filiale chypriote ont inauguré un casino temporaire près du site où se trouve le chantier final. 

Quelle est la portée économique d’un tel projet ? 

Le City of Dreams Mediterranean devrait créer 4 000 emplois lors de sa phase de construction, et 2 400 emplois permanents une fois le complexe pleinement opérationnel. Selon les estimations, le luxueux casino-resort générera 700 millions d’euros par an, ce qui représentera environ 4 % du PIB annuel du petit pays situé en plein cœur de la Mer Méditerranée. Le PDG de Melco, M. Lawrence Ho, a d’ailleurs déclaré ce mardi que l’obtention du contrat de construction marquait « le début d’un nouveau projet excitant à Chypre, lequel démontre toute l’implication de la société, notamment en matière de renforcement de l’économie locale ».

Selon les données récemment publiées par la Cyprus Gaming and Casino Supervision Commission, le casino temporaire de Melco situé à Limassol et les deux casinos satellites se trouvant respectivement à Nicosie et à Larnaca ont attiré 470 000 clients durant les premiers mois d’exercice. Les joueurs y ont parié plus de 210 millions d’euros, pour 175 millions d’euros de gains. Deux autres casinos satellites, l’un à Paphos et l’autre dans la région de Famagouste, devraient ouvrir leurs portes plus tard cette année. 

Casinos en ligne : pluie de jackpots au mois de mars !

Drôle de mois de mars ! Tandis que nous sommes entrés dans le printemps, les jackpots semblent pleuvoir sur les casinos en ligne de France et d’ailleurs. Il faut dire que quatre cagnottes sont tombées en l’espace de quatre jours, ces dernières décernant pas moins de 24 millions d’euros de gains aux heureux gagnants. Et si vous étiez le prochain à toucher un jackpot progressif ? 

Pluie de jackpots progressifs en ce début de printemps

Depuis le temps, vous le savez certainement. Les jackpots progressifs représentent la meilleure façon de toucher gros sur les casinos en ligne. Si vous désirez voir votre vie changer du jour au lendemain (dans le bon sens du terme), c’est certainement un jackpot progressif que vous devez viser. Pour rappel, les jeux de casino progressifs sont reliés les uns aux autres par une cagnotte qui ne cesse de grandir au fur et à mesure que les joueurs placent une mise. Sur de tels jeux, les jackpots peuvent vite atteindre des rangs faramineux, car ils sont alimentés en temps réel par des joueurs qui misent simultanément !

Avec des jackpots progressifs pouvant s’élever à plusieurs dizaines de millions d’euros, les jeux qui les hébergent sont littéralement pris d’assaut. Et c’est peu de le dire. Très en vogue, les jeux de casino avec jackpot progressif — notamment les machines à sous progressives —, sont la cible de parieurs qui aimeraient assister à un chamboulement dans leur vie. Pourquoi pas un gain à sept ou huit chiffres pour démarrer de nouveaux projets, ou se la couler douce ? 

Quatre joueurs décrochent 24 millions d’euros en quatre jours

Le 03 mars dernier, un joueur fan de la video slot de NetEnt Mega Fortune Dreams™ a remporté un gain s’élevant à 4 332 957 € par le biais d’une seule mise. Deux jours plus tard, le 05 mars, un autre joueur a touché un jackpot progressif sur la machine à sous de l’éditeur Microgaming Mega Moolah™. Son gain exceptionnel a atteint des sommets : 12 944 902 € !

Le 05 mars, jour décidément porte-bonheur, c’est encore le studio NetEnt qui a changé la vie d’un parieur en lui offrant un précieux chèque de 3 542 004 €, gain qu’il a remporté sur la machine à sous Mega Fortune. Pour terminer, le lendemain, soit le 06 mars 2019, Mega Moolah™ a refait des siennes en octroyant un pactole de 3 306 644 € à un ultime gagnant. Au total, ce sont près de 24 millions d’euros qui ont été reversés à quatre joueurs différents sur… quatre jours. Faut-il se mettre à croire au destin, à la chance ? Peut-être bien ! Et vous, quand est-ce que vous vous mettez à jouer aux machines à sous progressives ?

La machine à sous Book of Immortals désormais disponible sur les casinos iSoftBet

Peu de temps après le lancement de Super Wild Diamond™, une autre machine à sous vidéo d’excellente facture, voici que l’éditeur de jeux de casino en ligne iSoftBet nous surprend encore avec Book of Immortals™, son nouveau titre qui devrait normalement particulièrement plaire aux amateurs de productions dotées d’animations et de graphismes tonitruants. En outre, si la mythologie égyptienne vous a toujours fasciné, alors Book of Immortals™ réunira tous les atouts pour vous faire passer un agréable moment ! 

Book of Immortals™ : l’Égypte ancienne a la classe ! 

Dans la machine à sous Book of Immortals™ des studios iSoftBet, les dieux égyptiens vous guident vers un trésor sacré. Comme vous le savez déjà, les divinités de ce pays réputé pour la profondeur et la complexité de son histoire sont capables de bien des miracles. L’un de ces miracles, c’est tout simplement de rendre le joueur richissime ! Car avec sa structure reposant sur cinq rouleaux, trois rangées et dix lignes de gain, Book of Immortals™ ne perdra pas une seule occasion de vous gratifier de généreux paiements. 

Sur Book of Immortals™, la mise minimale autorisée est de 0,10 € par tour. Quant à la mise maximale tolérée, elle est fixée à 10 € par Spin, soit 1 € par ligne de paiement, ce qui est loin d’être excessif, admettons-le ! Tandis que les cartes tirées du poker que sont 10, J, Q, K et A sont au rendez-vous, Book of Immortals™ met en évidence des symboles bien plus particuliers, lesquels représentent les dieux d’Égypte et les us et coutumes de la civilisation antique dont il est question dans cette machine à sous disponible sur les casinos en ligne français iSoftBet.

Des fonctionnalités et bonus aussi puissants que les dieux

La machine à sous Book of Immortals™ intègre bien sûr des fonctionnalités spéciales qui lui permettent de se distinguer d’autres productions sur le même thème, les machines à sous s’inspirant de l’Égypte antique étant particulièrement nombreuses. Les fonctionnalités spéciales peuvent se déclencher à l’aide de certains symboles spécifiques, à l’image de celui du scarabée, qui fait office de symbole Scatter, ou symbole de dispersion. D’ailleurs, ce dernier octroie des gains aux joueurs indépendamment des lignes de paiement que ce dernier aura choisi d’activer. 

Tandis que le Scatter donne également droit à une partie bonus avec dix Free Spins à la clé, le scarabée a également la possibilité de s’étendre partout à l’écran pour forcer la création de combinaisons gagnantes, gage de gains pour le joueur. Pour terminer, Book of Immortals™ dissimule une feature bonus baptisée « Scarab Swarb » qui, au cours d’une rotation fructueuse, invoque des scarabées. Ces derniers peuvent remplacer jusqu’à dix symboles à l’écran pour décupler les chances de gains du joueur !

Corée du Sud : augmentation de l’âge légal pour jouer au casino

Les jeunes parieurs sud-coréens pourraient être privés de l’une de leurs libertés. En effet, la semaine dernière, une proposition de loi a été soumise à l’Assemblée Nationale sud-coréenne. Cette dernière porte sur l’âge légal requis pour entrer dans l’enceinte d’un casino. À ce jour, les résidents de Corée du Sud peuvent miser aux jeux de casino dès l’âge de 19 ans. Toutefois, le parti démocrate local souhaite que l’âge légal soit porté à 21 ans.

Le projet de loi de Kim Kwang-soo et du parti démocrate

En Corée du Sud, le parti démocrate représenté par son leader Kim Kwang-soo et par neuf autres législateurs souhaite mettre fin aux problèmes d’addiction au sein du pays. Concrètement, les acteurs politiques concernés souhaitent modifier deux articles de la loi Tourism Promotion Act (TPA), notamment les articles 22 et 28. Si cela venait à être le cas, les modifications apportées s’appliqueraient à l’intégralité des casinos sud-coréens soumis au TPA.

Si techniquement, la proposition de loi n’aurait que peu d’impact sur la jeunesse du pays, elle pourrait malgré tout porter atteinte aux jeunes parieurs internationaux. Il faut savoir que la Corée du Sud compte dix-sept casinos au sein de son territoire. Or, uniquement un seul d’entre-eux est ouvert aux joueurs sud-coréens, à savoir Kangwon Land. Tous les autres établissements de jeux sont strictement dédiés à une clientèle étrangère.

Malgré tout, ceux qui soutiennent le changement de loi sont convaincus que des mesures plus strictes doivent être appliquées. En effet, on assiste en Corée du Sud à une augmentation des cas d’addiction aux jeux d’argent chez les plus jeunes. Selon Kim Kwang-soo et ses partenaires, fixer l’âge légal à 21 ans est nécessaire, comme cela est déjà le cas dans différentes régions d’Asie telles que Macao ou encore Singapour. 

Le casino Kangwon Land serait le plus affecté par le changement de loi

Étant donné que le casino Kangwon Land a le taux de fréquentation le plus significatif du pays, c’est probablement ce dernier qui serait le plus impacté par un changement de la législation. Kangwon Land, qui a déjà vu ses revenus chuter de l’ordre de 32 % entre 2017 et 2018 (dont une baisse des recettes liées aux jeux de 8,3 %) serait grandement affecté si sa base de clients réguliers venait à le déserter. Par ailleurs, pour couronner le tout, Kangwon Land a déjà fait l’objet d’une très mauvaise publicité ces deux dernières années.

En effet, plusieurs journaux ont rapporté des faits de corruption et de détournement de fonds, si bien que l’ancien PDG du casino, Ham Seung-hee, a finalement été condamné à trois ans d’emprisonnement. Un peu plus tôt, l’ancien directeur du casino Kangwon Land, Choi Heung-jip, avait été arrêté pour trafic d’influence. Suite à la soumission du projet de loi de Kim Kwang-soo, la Korea Casino Association a riposté en prétextant qu’elle présenterait un texte de contre-attaque afin de maintenir l’âge légal à 19 ans. Affaire à suivre…

Australie : le Queensland manifeste son intérêt pour l’ouverture d’un second casino

En Australie, le gouvernement du Queensland vient de lancer une procédure de déclaration d’intérêt en vue de l’ouverture d’un nouveau casino le long de la Gold Coast. Malgré les protestations de plusieurs groupes anti-jeux et les avertissements d’analystes qui estiment que le marché océanique est complètement saturé, le gouvernement du Queensland est à la recherche de promoteurs internationaux qui seraient intéressés par la construction et l’exploitation d’un nouveau complexe de jeu.

Le gouvernement du Queensland est à la recherche d’opérateurs internationaux 

Le gouvernement du Queensland souhaite qu’un second complexe de jeux soit construit dans la Gold Coast, région métropolitaine située au sud de Brisbane et qui abrite déjà un premier casino-resort, le Star Gold Coast, établissement se trouvant dans la banlieue de Broadbeach. En effet, dans une déclaration publiée sur le site officiel du gouvernement du Queensland, Kate Jones, ministre de l’innovation et du développement du tourisme, a déclaré qu’ « Une recherche à l’échelle mondiale est actuellement en cours. Nous retiendrons la meilleure proposition, celle qui sera susceptible de donner un élan considérable au tourisme et à l’offre de divertissement dans la région ».

Techniquement, le nouveau site, répondant pour le moment au nom de code Gold Coast Global Tourism Hub, comprendra des lieux de divertissement, des centres de congrès, des restaurants et des bars hauts de gamme, des hôtels de luxe et des espaces de jeux de casino. La première ministre Annastacia Palaszczuk et son administration aiment d’ailleurs croire que le Gold Coast Global Tourism Hub sera un futur pôle touristique mondial. Selon les prévisions, un tout nouveau centre touristique international sur la Gold Coast serait susceptible de créer plus de 6 000 nouveaux emplois locaux et attirerait chaque année un million de touristes supplémentaires.

Préjudice social, saturation du marché et autres préoccupations…

Mais tout n’est pas tout rose. Le Gold Coast Global Tourism Hub fait actuellement face à une forte opposition. Des groupes de militants anti-jeux sont formellement contre la création d’un nouveau complexe. L’ajout d’un autre casino nuira à la région, laquelle propose, selon eux, une offre déjà suffisante. M. Stephen Mayne, membre de l’Alliance for Gambling Reform, a déclaré au média local ABC que le Queensland était le deuxième état du pays le plus touché en termes d’endettement. C’est simple, chaque année, dans le Queensland, les résidents perdent en moyenne 1 000 dollars australiens à cause des jeux de hasard.

M. Mayne a poursuivi en affirmant que le nombre de nouveaux emplois générés par le nouveau complexe touristique international ne justifiait pas l’aménagement d’un casino-resort. Selon lui, aucun avantage économique n’est envisageable car l’impact des préjudices sociaux causés par les jeux de casino est bien trop grand. Ajoutons à cela que Star Entertainment Group, propriétaire du casino de Broadbeach, a averti les autorités que le marché local des machines à sous était déjà hautement saturé. Il va sans dire que le gouvernement va devoir trouver le juste équilibre entre retombées économiques et préservation des liens sociaux.

Mega Millions : le gain de 1,6 milliard de dollars n’a toujours pas été réclamé !

Incroyable ! On ignore toujours où se trouve le ticket gagnant de la loterie américaine Mega Millions correspondant au tirage de la nuit du 23 octobre 2018. En effet, pendant l’automne dernier, un individu a remporté le gain record de 1,537 milliard de dollars. Toutefois, son dû n’a toujours pas été réclamé. Le temps presse : le ticket gagnant doit être encaissé au plus vite avant qu’il ne devienne totalement caduc. 

USA : mais qu’attend donc le gagnant du Mega Millions ? 

Vendu en octobre dernier dans un supermarché KC Mart de Simpsonville, en Caroline du Sud, le ticket gagnant du Mega Millions (près d’1,6 milliard de dollars de gains) n’a toujours pas été présenté ! Rappelons que selon le règlement du jeu de loterie, les joueurs de Mega Millions disposent de cent quatre vingt jours pour réclamer leurs gains. Mais il est inutile de tirer la sonnette d’alarme aussi vite puisque l’heureux élu a encore jusqu’au 21 avril pour se manifester.

Malgré tout, les professionnels sont plutôt pessimistes. David Stevenson, par exemple, qui est comptable, s’est exprimé au micro de USA Today : « Je pourrais comprendre que le gagnant ait fait le choix de patienter un peu afin de bénéficier d’avantages fiscaux applicables à compter du 1er janvier 2019. Cependant, je ne vois aucune raison d’attendre aussi longtemps. Pour moi, c’est perdu d’avance ». Pour l’état fédéral de la Caroline du Sud, l’enjeu est important. Si les gains ne sont pas réclamés à temps, le gouvernement régional perdra 60 millions de dollars, somme qui aurait dû être rentabilisée dès l’encaissement du jackpot par le joueur aux abonnés absents.

Le financement d’actions nouvelles au nom de l’intérêt public

L’un des membres de la South Carolina Education Lottery, M. Holli Armstrong, se veut quant à lui plus pragmatique. En effet, il a assuré à la chaîne de télévision CBS que près de 11 millions de dollars seraient réinvestis sous la forme de dotations pour soutenir l’éducation à un niveau local. « Une partie des gains permettront de financer de nouvelles actions au nom de l’intérêt public. Cela serait une bonne chose pour les communautés locales, sans compter que certaines écoles de Caroline du Sud manquent de moyens », a-t-il déclaré. 

Mais tout le monde n’est pas de cet avis, et comptait sur le Mega Millions pour pérenniser leur activité professionnelle. C’est le cas du propriétaire du magasin KC Mart qui a vendu le ticket gagnant. Si le ticket n’est pas encaissé dans les délais, ce dernier devra accepter de dire adieux à un joli chèque de 50 000 dollars, lequel revient de droit au buraliste. Dans cette drôle d’affaire, les intérêts sont nombreux… et pour le moins divergents.

Pays-Bas : le projet de loi sur les jeux d’argent en ligne approuvé par le Sénat

Aux Pays-Bas, le Sénat vient d’approuver la proposition de loi portant sur la régulation du marché des jeux d’argent en ligne. La délivrance des premières licences de jeu devrait débuter dès 2020. Rappelons que le texte de loi avait obtenu l’aval du Parlement néerlandais il y a plus de trois ans de cela. Désormais, plus rien n’empêchera la régulation du marché des jeux de hasard en Hollande. 

Les Pays-Bas enclins à libéraliser le marché des jeux de casino en ligne

Bientôt, les opérateurs qui gèrent le top des casinos proposant les meilleurs bonus du web pourront candidater pour une licence d’exploitation auprès du régulateur néerlandais Kansspelautoriteit. En effet, le Sénat vient d’approuver le projet de loi visant à libéraliser le secteur des jeux d’argent en ligne aux Pays-Bas, ce qui signifie que tôt ou tard, les acteurs de l’univers iGaming pourront proposer leurs services aux joueurs dans un environnement sain et sécurisé.

Bien que l’on ne sache pas encore quand la régulation du marché hollandais surviendra, les analystes estiment que la libéralisation pourrait entrer en vigueur à partir du 1er janvier 2021. Avant cela, une procédure sera mise en place pour permettre aux opérateurs de faire une demande de licence. Celle-ci pourrait se tenir durant le second semestre de 2020.

Les Néerlandais sont de plus en plus nombreux à jouer sur des sites offshore

En dépit de ses règles strictes et de sa régulation jusqu’ici très contraignante, la Hollande a toujours disposé d’un marché particulièrement alléchant pour les opérateurs internationaux. En effet, de récents rapports ont démontré que le nombre de joueurs néerlandais misant sur des casinos en ligne offshore ne cesse de grimper année après année. En effet, entre 2016 et 2018, 1,87 millions de Hollandais ont dépensé leur argent sur des sites de jeux basés à l’étranger, soit une hausse de 20 % par rapport aux deux années précédentes.

Bien sûr, le régulateur Kansspelautoriteit a vainement tenté de prévenir toute activité illégale, mais la structure juridique actuelle ne lui a jamais permis de bénéficier de suffisamment d’assise pour protéger les joueurs locaux. La distribution d’amendes aux joueurs en situation de litige s’est également avérée inefficace. Toutefois, le passage du nouveau projet de loi devrait mettre fin à ses contraintes. Le Ministre Sander Dekker a d’ailleurs déclaré qu’il était très « heureux que le pays soit désormais en mesure d’offrir aux internautes hollandais un environnement de jeu sûr et sécurisé, l’intérêt étant que les activités liées aux jeux de hasard et aux paris sportifs en ligne soient conduites de manière transparente et responsable ». Après la Suède, la Hollande est le deuxième pays de l’UE à légaliser les jeux de casino en ligne sur son territoire.

Les joueurs néerlandais misent de plus en plus sur des casinos en ligne non-réglementés

Un nouveau rapport montre que les joueurs néerlandais sont de plus en plus nombreux à parier sur des sites de jeux non-réglementés. En effet, entre 2017 et 2018, le nombre de parieurs néerlandais déposant de l’argent sur des plateformes illégales a augmenté de 20 %, si l’on en croit les conclusions d’une enquête menée par le bureau d’études externe Motivaction sur demande de l’opérateur national Holland Casino.

Le nombre de joueurs hollandais misant sur des sites offshore a augmenté de 20 %

Les résultats de l’étude récemment menée par Motivaction montre que plus de 1,86 million de Néerlandais ont joué sur les sites web d’opérateurs ne détenant pas de licence émise par le régulateur local, Kansspelautoriteit. Avant toute chose, il est important de rappeler que miser sur des casinos en ligne appartenant à des sociétés offshore non porteuses d’une licence hollandaise est formellement interdit par la loi nationale en vigueur. En outre, le cadre réglementaire actuel du pays ne prévoit aucune disposition relative à la délivrance de licences aux opérateurs de jeux d’argent en ligne internationaux. En effet, en Hollande, les services iGaming sont fournis par des entités gérées par l’État.

Rappelons qu’en 2016, la précédente étude menée par Motivaction mettait en évidence le fait que pas moins d’1,5 million de Néerlandais misaient déjà sur des plateformes de jeux d’argent en ligne non-réglementées. D’après l’étude, le poker et les jeux de casino en ligne étaient les produits les plus populaires auprès des joueurs des Pays-Bas. En outre, Motivaction avait également noté que la popularité des paris sportifs avait considérablement augmenté au cours des dernières années. Selon le bureau d’études, le marché non-réglementé des jeux en ligne aux Pays-Bas représenterait autour de 600 millions d’euros annuels.

Le Sénat tranchera bientôt sur un projet de loi afin de protéger les joueurs en ligne

Cela fait des années que des entreprises sous licence internationale opèrent aux Pays-Bas en dépit des interdictions existantes et des efforts perpétrés par l’autorité de réglementation locale pour protéger les joueurs. Une tentative de restructuration du marché néerlandais avait été lancé il y a quelques années, mais le projet avance très lentement. En effet, durant l’été 2016, la Chambre des Représentants avait adopté un projet de loi portant sur les jeux à distance. Ce dernier devrait permettre l’introduction d’une nouvelle réglementation : si elles le souhaitent, les sociétés iGaming étrangères pourront dès lors demander une licence auprès du régulateur, Kansspelautoriteit, et ainsi exercer leurs activités en Hollande, dans un environnement sécurisé et légal.

Malheureusement, bien que le projet de loi puisse être adopté par le Sénat dès la semaine prochaine, la réorganisation du marché prendra probablement un certain temps. Selon les analystes, les premières licences de jeux en ligne ne seront pas délivrées avant 2020.